Quotidien

Le surdosage médical chez les enfants, une réalité

Prescrire, revue médicale indépendante, a publié dans son numéro de juin 2012 un article alarmant sur les dangers du surdosage médical chez les enfants.

maman enfant medicament cuillere

Plus de 5000 conditionnements de spécialités pharmaceutiques ont été analysés par la rédaction depuis le début des années 1980. Plusieurs défauts sont récurrents et deviennent des facteurs de risque lors des prescriptions pédiatriques.

De multiples facteurs de risque

Tout d’abord, on note que les dispositifs de dosage des médicaments liquides buvables ou injectables sont mal conçu : certains sirops anti tussif n’ont pas de bouchon de sécurité et nécessitent l’utilisation d’une cuillère qui fausse la quantité donnée. Idem pour les médicaments en poudre, il est parfois indiqué sur la notice de calculer la moitié ou le quart du sachet en fonction du poids de l’enfant ce qui manque clairement de précision.

Les risques de surdosage semblent s’accroître depuis quelques années, notamment du à l’uniformisation des emballages dans un souci de réduction des coûts de la part des laboratoires pharmaceutiques. En conséquence, les packagings deviennent similaires et les risques de confusion augmentent. En outre, certains médicaments sont de couleur attrayante et présentent un goût sucré lors de la prise. Le conditionnement dessert ainsi la sécurité médicale.

Pas de mesure à ce jour

Pour autant, rien à ce sujet n’est évoqué dans la loi sur le renforcement sanitaire du médicament datant de 2011.

L’Académie nationale de pharmacie avait pourtant fait le même constat en 2004 en pointant le manque de médicaments spécialement adaptés aux enfants dans le traitement de pathologies graves comme les cancers ou les maladies cardiovasculaires. Une série de recommandations visant à créer et à promouvoir ces traitements aux faibles tirages avait été soumise aux autorités.

Pour éviter le surdosage médical chez les enfants, la pédagogie reste le meilleur moyen de prévention des risques. Elle s’applique autant dans la relation médecin – parent que parent – enfant. Attention à ne pas pratiquer l’automédication sur les enfants et à toujours rester vigilants lors de la prise du traitement.

Articles similaires