Actualités

Le médicament, quelle histoire ! 5e partie

Début du XXe siècle : la recherche s’intensifie, s’organise, les prix tombent, les patients… se relèvent ! La médecine moderne permet de lever le voile sur des maux étranges et douloureux, de nouveaux médicaments et les progrès de la chirurgie allongent l’espérance de vie. Retrouvez quelques-unes des principales découvertes du siècle.

À lire aussi :
Le médicament, quelle histoire ! 1e partie 2e partie 3e partie 4e partie
Médicaments et vaccins, en faveur de l’espérance de vie… ou pas ? 1re partie2e partie

Chronologie histoire des médicaments de 1900 à nos jours

                                          Chronologie histoire des médicaments de 1900 à nos jours (cliquer pour agrandir)

Au XXe siècle on observe l’explosion de l’industrie pharmaceutique avec le développement intensif de la recherche fondamentale, de la technologie scientifique, de la recherche clinique, de la mise sur le marché de nouvelles thérapeutiques originales ou de nouvelles classes thérapeutiques. Les médicaments produits en grand nombre avec le même standard de production sont diffusés largement et deviennent accessibles à tous.

Florilège de découvertes majeures à l’aube du XXe siècle :

– Dès la fin du siècle précédent, Pierre et Marie Curie découvrent le radium (1898). C’est en 1901 qu’Henri Becquerel propose de l’utiliser comme traitement en radiothérapie anticancéreuse.

Laboratoire P. et M. curie          Champ magnétique et radium

– Les travaux de recherche sur la vaccination se poursuivent au fil des années (Laboratoires Pasteur-Mérieux) et de nombreux vaccins sont mis au point au cours du XXe siècle. Citons entre autres le vaccin contre la variole, le tétanos, la diphtérie etc., maladies gravissimes qui entraînaient la mort des patients. Ou bien encore le vaccin antipoliomyélitique : après des décennies de campagnes de vaccinations, il a finalement permis l’éradication de cette maladie. Rappelons que celle-ci a fait des ravages dans certains pays du monde jusqu’à la fin du XXe siècle, laissant derrière elle bon nombre d’infirmités et de séquelles.

Vaccination enfant

– En 1921, les travaux d’Albert Calmette et Camille Guérin permettent la mise au point du BCG comme méthode de prévention de la tuberculose.

– Les anticoagulants font leur apparition, préparés initialement à partir d’extraits de sangsues puis à partir de foies d’animaux avant d’arriver aux produits de synthèse actuellement utilisés. L’héparine est utilisée en clinique à partir des années 30. Suivent ensuite les thrombolytiques qui permettent la dissolution du caillot déjà formé.

Insuline

L’insuline, extraite de cellules pancréatiques animales, est purifiée et utilisée officiellement en 1922. Elle résulte des travaux conjoints de Banting, Best et Collip et du Laboratoire américain Eli Lilly pour arriver à une production industrielle. Il faudra encore de nombreuses années avant d’avoir une forme mieux purifiée, une forme retard et enfin une insuline de synthèse permettant d’avoir des quantités inépuisables pour le traitement des nombreux diabétiques dont la longévité et la qualité de vie sont transformées.

Du « mal des ardents » au traitement, entre autres, de la migraine, l’ergot de seigle n’en finit pas de faire parler de lui

L’isolation des différents alcaloïdes de l’ergot de seigle, parasite du seigle connu depuis le IX° siècle, aboutit au développement de nombreux médicaments toujours utilisés dans différents domaines spécialisés.

À diverses époques, plusieurs épidémies avaient été provoquées par l’utilisation pour la fabrication du pain, de farines faites avec du seigle parasité par ce champignon appelé « ergot » en raison de sa forme sur l’épi de seigle ; ces épidémies ont été décrites sous la dénomination du « feu de St Antoine » ou du « mal des ardents ». Les gens souffraient de maux bizarres avec sensations de brûlures intenses et gangrène des membres allant jusqu’à l’amputation ou la mort, ou encore de troubles à type de délires et de convulsions.

Par ailleurs, dès le XVIe siècle et jusqu’au milieu du XIXe, on suspectait un effet thérapeutique de l’ergot puisque les sages-femmes utilisaient des tisanes ou des extraits d’ergot de seigle pour favoriser les accouchements ou les avortements, mais avec des effets souvent dangereux pour la mère ou le bébé.

Il a fallu attendre le milieu du XIXe siècle pour que l’on puisse donner une véritable interprétation au mal mystérieux des ardents et certifier que l’origine en était la consommation de seigle parasité par l’ergot.

La chimie de l’ergot au début du XX° siècle a permis d’identifier et d’isoler les différents alcaloïdes présents dans l’ergot de seigle. Stoll, aux Laboratoires Sandoz de Bâle, isole parmi ceux-ci l’ergotamine en 1932, puis l’ergométrine qui possède bien les propriétés sur la contraction utérine, sans démontrer toutefois d’effet sur la contraction des vaisseaux sanguins (ce qui provoquait les gangrènes).

Des produits semi-synthétiques sont alors développés pour sélectionner telle ou telle propriété et utilisés à plusieurs fins :

  • prévention et traitement des hémorragies utérines post-accouchement,
  • traitement de la migraine,
  • traitement des troubles vasculaires cérébraux et de l’insuffisance veineuse,
  • inhibitions de la montée laiteuse après l’accouchement.

LSD et hallucinations

Une des molécules mères de ces alcaloïdes de l’ergot de seigle est l’acide lysergique dont l’un des dérivés est mieux connu sous le nom de… LSD, responsable d’hallucinations qu’Albert Hofmann a découvertes à ses dépens dans son propre laboratoire lorsqu’il a voulu travailler sur cette molécule. Ce LSD, capable d’induire la toxicomanie, n’a, bien sûr, pas été commercialisé !

Dr. Annick JAMES-DEIDIER

À suivre
– Du 20e siècle à nos jours (suite et fin)

Bibliographie
1. Yves LANDRY Professeur honoraire, université de Strasbourg, Initiation à la connaissance du médicament. UE6 http://www.dunod.com/document/9782100582136/Feuilletage.pdf
2. François CHAST, Histoire contemporaine du médicament, Editions La Découverte. 09-95
3. http://zeschool.com/paces-medecine/299-histoire-du-medicament
4. Albéric CAHUET, Claude Adolphe Nativelle 1812-1889 – Histoire d’une vie dans l’histoire d’une époque, Presses de Draeger Frères – Ed. 1937

Articles similaires