Grossesse

La prééclampsie : du nouveau pour la diagnostiquer 1/3

Gabrielle d’Estrées, favorite d’Henri IV, y a laissé sa vie en 1599. Loin d’être une maladie oubliée, la prééclampsie est responsable d’un tiers des naissances de grands prématurés ; elle figure encore au top 3 des causes de décès maternels en France.

Grossesse-prééclampsie

Jusqu’à récemment, les causes de cette affection étaient inconnues ; on sait aujourd’hui que cette maladie, propre à l’espèce humaine uniquement, est à 50 % liée aux gènes, à 50 % à l’environnement.

Dans une émission diffusée fin 2012 sur LCI, Daniel Vaiman, directeur de recherche à l’Inserm, cite une étude américaine réalisée la même année ; la prééclampsie serait en partie due à un problème immunologique lié aux cellules dites « T régulatrices », dont la fonction est d’instruire les autres cellules à tolérer le fœtus.  Dans le cas de la prééclampsie, il y en a moins que dans les grossesses normales.

Prééclampsie : vers un diagnostic de plus en plus précoce ?
Source : Prééclampsie Vidéo LCIWAT

Les causes génétiques
Ainsi l’origine de la maladie est-elle liée à un dysfonctionnement du placenta. Dans un premier temps, des cellules fœtales et débris placentaires sont libérés dans le sang maternel au cours de la grossesse. Dans un second temps, ces substances « toxiques » induisent un syndrome inflammatoire généralisé qui engendre un cortège de symptômes chez la mère et l’enfant.

Hypertension artérielle-prééclampsie

Symptômes observables chez la mère (prééclampsie modérée à sévère)
– coagulation du sang anormale ;
– production de molécules inflammatoires (protéine C réactive) ;
– augmentation de la pression artérielle : hypertension avec un seuil à 14/9, jusqu’à 16/11 dans les cas de prééclampsie sévère ;
– protéinurie : présence de protéines dans les urines > 300 mg/jour ;
– douleurs épigastriques ou en zone hépatique ;
– nausées et vomissements ;
– signes cérébraux : céphalées persistantes, troubles visuels, confusion ;
– problème de tolérance immunologique au fœtus.

A noter : il faut suspecter une prééclampsie même sans protéinurie, celle-ci pouvant apparaître tardivement lors de la grossesse.

Les signes qui doivent alerter :
– œdèmes d’apparition rapide
– uricémie > 350 mmol / l
– augmentation des transaminases

Symptômes observables chez l’enfant
– retard de croissance fœtale
– quantité de liquide amniotique insuffisante
– quantité d’oxygène apporté aux organes par le sang insuffisante.

Les causes environnementales
Une étude (1) a montré que la fréquence de prééclampsie est plus élevée si la « cohabitation sexuelle » est récente. Chez les femmes qui ont déjà eu au moins un enfant, elle est de 4,7 %  avec le même partenaire, 24% si le partenaire est nouveau.

De même, elle est augmentée en cas d’insémination artificielle par un donneur étranger versus le conjoint (2) ou en cas de fécondation in vitro avec ICSI*.

D’une façon générale, on observe une prééclampsie dans 1 à 2% des grossesses chez les nullipares (femmes n’ayant jamais eu d’enfant), 0,5 à 1% chez les multipares. Elle est également possible chez la femme ayant des facteurs de risque vasculaire, lors de grossesses multiples, diabète ou antécédent de prééclampsie.

Sonia Kaloustian

À suivre
– Les complications chez la mère et l’enfant
– La prévention de la prééclampsie
– Un nouveau test sanguin de diagnostic
– L’interview d’Estelle BATTELE, présidente de l’association APAPE, Association de Prévention et d’Actions contre la Prééclampsie

Sources et bibliographie
(1) Robillard et coll Lancet 1994;344:973-75
(2) Smith et coll AJOG 1997;177:455-8
* (technique qui consiste à inséminer chaque ovocyte via la microinjection d’un spermatozoïde)
**HELLP pour Hemolysis, Elevated Liver enzymes and Low Platelets (hémolyse intravasculaire, hypertransaminasémie et thrombopénie).
http://www.sfhta.eu/wp-content/uploads/2012/09/HTA_ET_GROSSESSE.pdf
http://www.medscape.fr/voirarticle/3594887
http://www.inserm.fr/thematiques/biologie-cellulaire-developpement-et-evolution/dossiers-d-information/la-pre-eclampsie
http://www.kcl.ac.uk/newsevents/news/newsrecords/2013/10-October/World-first-pre-eclampsia-test-could-save-hundreds-of-babies.aspx
https://facmed.univ-rennes1.fr/wkf/stock/RENNES20111020091916fborelcoPRINCIPALES_COMPLICATIONS_DE_LA_GROSSESSE%28item_17%292011.pdf
http://www.apape.fr/

Articles similaires