Quotidien

Migraine, céphalée, mal de tête, les traitements – 4e partie

Vous souffrez de migraines ou avez simplement mal à la tête de temps en temps ? Commencez par arrêter le chewing-gum ! C’est la conclusion surprenante d’une étude parue en décembre 2013. D’autres traitements à découvrir dans la 4e partie de ce dossier.  

Migraine_douleur sinus

Mâcher du chewing-gum, c’est stressant !
Des chercheurs de l’Université de Tel Aviv (TAU) ont publié une étude fin 2013 avec ce résultat étonnant : 87 % des adolescents souffrant de migraines ou de céphalées de tension qui cessent de mâcher du chewing-gum sont soulagés. La raison : les multiples claquements de mâchoires et de lèvres qu’induit la mastication constante d’un chewing-gum stressent l’ensemble maxillaire ; ils se répercutent également dans la tête et le cou et entraînent des tensions. Lesquelles cessent à l’arrêt du masticage.

Ou comment cesser durablement d’avoir mal à la tête sans prendre un seul médicament…

Les traitements habituels de la migraine
Il s’agit des triptans ou des antalgiques. Leur but est de raccourcir et soulager la crise.

– Les triptans agissent directement sur la dilatation des vaisseaux. Délivrés sur ordonnance, ils sont contre-indiqués en cas de risque cardiovasculaire (antécédent d’infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral, hypertension artérielle.). Ils peuvent entraîner une somnolence ou des troubles digestifs.

– Les médicaments antidouleurs sont de plusieurs types : paracétamol ou aspirine, anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène ou le diclofénac, opioïdes contenant de la codéine par exemple. Avec de la pratique et de l’observation, chacun trouvera le traitement le plus approprié à son cas.

Pour être réellement efficaces, ces médicaments doivent être pris dès les premiers symptômes ; si la crise est déjà installée, ils agiront moins bien ou pas. On considère qu’ils ont rempli leur mission si le soulagement est manifeste deux heures après une seule prise.

Migraine_médicaments antimigraineux

Pour espacer les crises
Si les douleurs sont chroniques (plus d’une ou deux crises par mois), peut-être faut-il envisager un traitement de fond avec son médecin. Dans tous les cas, celui-ci choisira le traitement et en ajustera les doses. Si la cure de fond ne fait pas disparaître les crises, elle en diminue la fréquence et/ou l’intensité.

On en distingue plusieurs sortes :
– les bêta-bloquants (propanolol, métoprolol),
– l’amitryptiline,
– l’oxétorone,
– en deuxième et troisième choix, d’autres classes médicamenteuses à n’utiliser qu’en dernier recours du fait des effets secondaires importants.

Le traitement de fond est prescrit pour au moins 3 mois. Son efficacité n’apparaît qu’au bout de quelques mois, à condition d’une prise régulière (en général quotidienne) et durable.

Ses effets secondaires (somnolence, palpitations cardiaques, baisse de tension, manifestations post-sevrage) en font un traitement de seconde intention, quand les autres n’ont pas prouvé leur efficacité.

Quand trop de médicaments donnent mal à la tête
Attention à l’usage trop fréquent ou quotidien des antidouleurs ou antimigraineux. Ils peuvent eux-mêmes entraîner des « céphalées induites », en particulier s’ils sont absorbés plus de 10 à 15 jours par mois.

Migraine_médicament homéopathique

L’homéopathie, efficace en cas de migraine ?
Comme pour les traitements de fond allopathiques, les remèdes homéopathiques seront prescrits sur le long cours (6 mois minimum). Différents selon la typologie à laquelle vous appartenez (de type fluorique, carbonique ou phosphorique), ils seront composés, en doses, fréquence et concentration (9 ou 15 CH par exemple), par le médecin homéopathe.

Entre autres, on distinguera les migraines liées à une fatigue oculaire ou musculaire de celles liées à de la fatigue nerveuse, au cycle, au temps froid et humide ou à des odeurs fortes. Autant d’indications différentes que de traitements appropriés et personnalisés selon son comportement et sa constitution.

Citons néanmoins, comme traitements de fond homéopathiques classiques : Ignatia, Gelsemium, Lycopodium clavatum, Pulsatilla, Staphysagria, Phosphorus.

Sonia Kaloustian

À suivre
– les traitements non médicamenteux

Sources
Pediatric Neurology 04 November 2013 doi:10.1016/j.pediatrneurol.2013.08.015 The Influence of Excessive Chewing Gum Use on Headache Frequency and Severity Among Adolescents
Cephalalgia November 7, 2012, doi: 10.1177/0333102412465207 Migraine Tweets – What can online behavior tell us about disease?
http://migraine.comprendrechoisir.com/comprendre/crise-traitement

Articles similaires