Quotidien

Apnée du sommeil : un syndrome à surveiller

Ronflements : altération de la qualité de vie

Le ronflement est un bruit inspiratoire survenant durant le sommeil. Vécu parfois comme un handicap, le ronflement détériore la qualité de vie. D’intensité variable, il peut atteindre les 80 décibels. Symptôme banal, le ronflement peut cacher un syndrome d’apnée du sommeil.

Le ronflement ou ronchopathie touche plus les hommes que les femmes et s’accentue avec l’âge. Environ 20 % des sujets de moins de 20 ans et 50 % des plus de 50 ans sont concernés.

Plusieurs facteurs favorisent les ronflements :

  • La position dorsale pour dormir
  • L’âge
  • L’excès pondéral qui entraîne les dépôts de graisse dans l’arrière-gorge
  • Le manque d’activité physique
  • Tabac, alcool et sédatifs peuvent également aggraver les symptômes
Ronflements couple

Les ronflements peuvent altérer la qualité de vie

Apnées du sommeil

Comment nait la ronchopathie ?

Cette vibration est due à une obstruction partielle de la filière respiratoire en relation avec une hypotonie des muscles pharyngés et de la base de la langue. On retrouve également chez certains patients des prédispositions anatomiques favorisantes de la sphère maxillo-faciale.

Le ronflement nécessite deux éléments anatomiques :

  • un vibrateur constitué par le voile du palais et la luette
  • un rétrécissement du calibre des voies aériennes qui crée une zone de turbulence à l’écoulement du flux aérien. Ce rétrécissement engendre une pression négative qui induit un collapsus des parois de l’oropharynx et un arrêt respiratoire. Cet arrêt réveille le sujet qui passe ensuite à un sommeil superficiel souvent suivi par une somnolence diurne, des maux de tête, fatigue chronique causées par la déstructuration du sommeil.

L’apnée du sommeil (syndrome des apnées obstructives du sommeil) est la survenue d’obstructions fréquentes complètes ou partielles des conduits respiratoires de l’arrière-gorge durant le sommeil. Elles provoquent l’interruption ou la réduction de la respiration. Ces pauses peuvent durer entre 10 et 30 secondes et se répéter jusqu’à une centaine de fois par nuit. Elles sont responsables d’un manque d’oxygène qui réveille le sujet, le sommeil est ainsi saccadé et de mauvaise qualité.

Le SAHOS — syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil — toucherait 2 à 5 % de la population adulte (soit 1 à 3 millions de patients en France). Sa prévalence augmente avec l’âge et le surpoids.

Elle touche également les enfants, le plus souvent à cause d’une hypertrophie des amygdales et des végétations.

Bébé apnée du sommeil enfant

L’apnée du sommeil touche aussi les enfants

Le point sur les prises en charge de l’apnée du sommeil

Facteurs de risque cardio-vasculaire et sources de stress et d’inconfort, les symptômes de l’apnée du sommeil ont tout intérêt à être pris en charge. En effet, ils peuvent conduire à des accidents de la route ou du travail suite à un manque de vigilance dû à un sommeil peu réparateur.

Mesures d’hygiène :

Conseillés dans un premier temps par le corps médical, il s’agit de corriger les symptômes en adoptant un mode de vie plus sain : perte de poids, arrêt de l’alcool et des somnifères… Une correction de la position du sommeil pour ne plus dormir sur le dos à l’aide d’un gilet par exemple est également préconisée.

Prise en charge maxillo-faciale :

Il s’agit de fabriquer une orthèse d’avancée mandibulaire. L’orthèse est ensuite placée lors d’une intervention chirurgicale. Elle permet de libérer l’espace nécessaire au passage de l‘air au niveau du pharynx et ainsi de mettre fin à l’obstruction et ses symptômes.

Certains cas permettent d’utiliser une prothèse d’avancement mandibulaire : double gouttière dentaire qui se porte durant la nuit et permet d’avancer la mâchoire pendant le sommeil.

Pression positive continue :

La ventilation nasale par pression positive continue (PPC) est considérée comme le traitement de référence et le plus efficace du syndrome d’apnées obstructives du sommeil. Le traitement par pression positive continue se présente sous la forme d’un appareil qui permet d’insuffler de l’air à une certaine pression dans les voies aériennes à l’aide d’un masque qui couvre le nez et/ou la bouche. Cette pression s’oppose à la fermeture des voies aériennes, à l’origine des apnées. Près de 430 000 patients ont été traités en 2011 pour un SAHOS en France (doublement du nombre de patients traités depuis 2006).

PCC apnée

Dispositif de traitement par pression positive continue

Si vous êtes touchés par des ronflements persistants ou que vous êtes sujets à des apnées du sommeil, parlez-en à votre médecin.

 

Claire, rédactrice santé

 

Sources :

 

Articles similaires