Quotidien

Blues de l’hiver : le point sur la dépression saisonnière

Température, baisse de luminosité, réduction des journées affectent souvent l’humeur. Si dans la majorité des cas, un sentiment de morosité peut rapidement être dissipé, certaines personnes ressentent des effets semblables à ceux de la dépression. Il peut s’agir d’un trouble affectif saisonnier ou déprime hivernale récurrente.

Décrit pour la première fois par le psychologue Robert Rosenthal chez l’adulte en 1986, ce syndrome touche entre 2 et 3 % de la population et peut affecter la vie personnelle comme professionnelle. Ces épisodes dépressifs surviennent de façon répétitive à des périodes repérables de l’année en rapport avec le cycle saisonnier.

Trouble affectif saisonnier

Le changement de climat influe sur l’horloge biologique

Quelles causes à la dépression saisonnière ?

Les rythmes circadiens sont régularisés par le cerveau par l’horloge biologique interne. Cette dernière réagit au changement de saison, notamment à cause de la modification de la longueur des jours et des variations saisonnières d’intensité lumineuse.

Le trouble affectif saisonnier peut perturber les neurotransmetteurs qui aident à régulariser le sommeil, l’humeur et l’appétit.

Il s’explique à cause de la désynchronisation des rythmes chronobiologiques internes. La mélatonine, hormone jouant sur l’humeur et les fonctions cognitives, est anormalement sécrétée en raison de la baisse de la luminosité, entraînant des troubles pouvant aller jusqu’à la dépression.

Les symptômes de la dépression saisonnière sont les suivants :

  • Modification de l’appétit
  • Prise de poids
  • Appétence accrue pour les glucides
  • Fatigue chronique
  • Hypersomnie
  • Irritabilité

En général, les symptômes associés à la dépression saisonnière disparaissent avec le printemps.

Gâteaux

Une appétence pour les glucides peut être le signe d’une dépression saisonnière

Quel diagnostic ?

Le trouble affectif saisonnier reste difficile à diagnostiquer à cause de symptômes semblables à d’autres types de dépressions ou troubles bipolaires. Le diagnostic est clinique et repose essentiellement sur la notion de récurrence des accès dépressifs en fonction de la période de l’année.

On observe une prévalence de la dépression hivernale chez les femmes, les sujets féminins sont trois fois plus touchés que les hommes. De façon plus rare, les enfants et les personnes âgées sont également concernés.

Comment soigner le trouble affectif saisonnier ?

  • Traitements médicaux

Les antidépresseurs peuvent être utiles dans la dépression saisonnière. Les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine seront utilisés en première intention.

  • Thérapie cognitivo-comportementale

Indiquée pour traiter et prévenir la récurrence de la dépression hivernale, cette forme de thérapie aide à trouver des techniques pratiques pour agir contre les symptômes précédemment évoqués.

  • Luminothérapie

La luminothérapie peut aider à soigner la dépression saisonnière. En effet, l’action de la lumière aide à corriger les problèmes de production de sérotonine et de mélatonine, neurotransmetteurs qui aident notamment à réguler l’humeur en utilisant la lumière blanche générée par des lampes, très proche de la lumière naturelle émise par le soleil.

Pour être efficace, l’exposition doit être régulière pendant une longue durée (a minima 6 semaines) face à une lampe spéciale délivrant de 5000 à 10 000 lux, unité de mesure de l’éclairement qui caractérise le flux lumineux reçu par unité de surface.

Luminothérapie dépression

La luminothérapie est une solution contre la dépression saisonnière

Souvent ignorée, la dépression saisonnière ne doit pas être prise à la légère. Des solutions existent, si les symptômes sont récurrents chaque automne/hiver, parlez-en à votre médecin.

 

Claire, rédactrice santé

 

Sources :

 

 

Articles similaires