Actualités

Cannabis de synthèse : nouveaux usages, nouveaux dangers

Spice, K2, Fire and Ice…

Ces cannabis synthétiques ont une action plus puissante que le cannabis naturel. Il existerait aujourd’hui une cinquantaine de dérivés synthétiques du cannabis selon le Centre de toxicologie de l’Institut national de santé publique du Québec.

Leur composition chimique diffère du cannabis naturel ce qui le rend non détectable par des tests de dépistage classique, ils gagnent donc en popularité chez de jeunes consommateurs. Ils sont de fait plus dangereux et plus addictifs car leur contenu en agonistes des cannabinoïdes présente une plus forte affinité pour les récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2 que le THC du cannabis naturel.

Parfum d’intérieur

Ces produits sont pour la plupart vendus en ligne en tant que parfum d’intérieur sous forme de plantes aromatiques séchées en sachet d’environ trois grammes.

Les herbes sont arrosées de cannabinoïdes de synthèse reproduisant les effets euphoriques et psychoactifs du THC, principe actif du cannabis naturel.

Cannabis de synthèse

Le cannabis de synthèse a le même aspect que le cannabis naturel

Peu d’études à ce jour

Les informations manquent dans la littérature scientifique, mais une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique Pediatrics compile trois cas cliniques d’adolescents hospitalisés en urgence pour des suspicions d’intoxication au cannabis synthétique. Ils soulignent que les cannabis de synthèse peuvent causer de l’agitation, des comportements agressifs, des catatonies et des troubles de la parole. Si les symptômes sont habituellement de courte durée, les scientifiques s’inquiètent de possibles multiples effets à long terme sur la perte de mémoire, la dépendance et les complications psychiatriques.

Le rapport est alarmant en ce qui concerne l’augmentation du nombre de passages aux urgences après la consommation de cette nouvelle forme de drogue.

Il n’existe à l’heure actuelle aucun antidote pour traiter l’intoxication aux cannabinoïdes de synthèse. L’étude souligne qu’étant donné la sensibilité du cerveau en développement et l’association entre l’utilisation précoce du cannabis et le risque de psychose, l’utilisation de ces nouveaux produits par les adolescents pose un réel problème.

 

Claire, rédactrice santé

Source : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22430444

Articles similaires