Actualités

Grippe aviaire : quels risques pour l’homme ?

Une surveillance étroite

La grippe aviaire est une infection virale qui touche les oiseaux, en particulier le gibier d’eau comme les canards et les oies. Elle fait l’objet d’une surveillance étroite de l’Organisation mondiale de la Santé en partenariat avec les services vétérinaires. Les flambées sont sources de préoccupations de santé publique à l’échelle mondiale à cause du potentiel pandémique – dans la mesure où les virus continuent de circuler à grande échelle dans certaines populations de volailles – et des risques pour l’homme.

Il existe de nombreuses souches de grippe aviaire. Si la majorité des virus aviaires ne touchent pas les hommes, certains sous-types tels le H5N1 et A(H7N9) ont muté et causé de graves infections chez l’être humain dues à des contacts directs ou indirects avec des volailles contaminées vivantes ou mortes. La transmission par ingestion d’animal malade convenablement cuit n’a jamais été démontrée.

Le virus est classé en deux groupes :

  • les virus hautement pathogènes entraînant des taux de mortalité élevés chez certaines espèces de volailles (jusqu’à 100 % dans un délai de 48 heures selon l’Organisation Mondiale de la Santé)
  • les virus faiblement pathogènes

Des mutations qui touchent l’homme

Le sous-type A(H5N1) a infecté l’humain pour la première fois en 1997 à Hong Kong. La flambée s’est reproduite en 2003 et 2004 en Asie, Europe et Afrique et le virus s’est durablement enraciné chez certaines populations de volaille provoquant des centaines de cas humain et de nombreux décès chez l’homme, environ 400. Le sous-type A(H7N9) a infecté trois personnes en Chine en 2013. Aucun cas n’a été notifié en dehors du pays.

Comment se manifeste la grippe aviaire chez l’homme ?

L’évolution clinique observée est particulièrement brutale avec une dégradation rapide de l’état du malade et un taux de mortalité élevé. La période d’incubation est plus longue que pour la grippe saisonnière : de 2 à 8 jours.

Les premières manifestations ressemblent à un état grippal : fièvre, toux, mal de gorge mais peuvent également être des diarrhées, vomissement ou douleurs thoraciques. La détresse respiratoire est de la même manière régulièrement observée.

Grippe aviaire

La grippe aviaire est dans la majorité des cas inoffensive pour l’homme

Traitements anti viraux

Le taux de mortalité de ces deux types de virus est beaucoup plus élevé chez l’homme que celui imputable à la grippe saisonnière. Un traitement par l’antiviral oseltamivir administré dans les 48 heures suivant l’apparition des symptômes peut réduire la durée de réplication du virus, diminuer les symptômes et améliorer les chances de survie.

Quelle actualité ?

Trois pays sont touchés par des épidémies aviaires depuis mi-novembre. Après l’apparition du foyer au Royaume-Uni, les Pays-Bas sont concernés ainsi que la Pologne.

Le 1er décembre, 50 000 volailles ont été abattues de manière préventive aux Pays-Bas suite à la détection de la variante hautement pathogène H5N8, jusqu’à présent cantonnée à l’Asie. Des oiseaux migrateurs seraient responsables de cette propagation. Mortel pour les volailles, le virus ne présente qu’un faible risque pour l’homme. La Commission Européenne a décidé le 17 novembre d’appliquer des mesures de restriction et de confinement dans les zones entourant les exploitations agricoles.

La grippe aviaire est une menace persistante pour la santé publique, notamment à cause de la capacité de ces virus de muter sous une forme davantage transmissible d’homme à homme. Les autorités – OMS et Commission européenne en tête – surveillent de près les foyers épidémiques.

Claire, rédactrice santé

Sources :

Articles similaires