Actualités

L’impression 3D au service de la santé

L’impression 3D occupe de plus en plus l’espace médiatique. Si cette technique se développe pour le grand public : bijoux, bricolage, accessoires, les applications professionnelles se développent également, notamment dans le domaine médical.

Définition

L’impression tridimensionnelle est une technique de fabrication additive développée pour le prototypage rapide. Elle permet de produire un objet en temps réel : suite à une conception numérique, l’objet est imprimé par couches successives solidifiées afin d’obtenir la pièce finale. Pour ce faire, plusieurs matériaux peuvent être utilisés.

Ce procédé a été inventé par Charles Hull, un ingénieur américain qui a eu l’idée en 1983 et qui dirige aujourd’hui 3D systems, leader mondial sur ce marché. Le principe à l’époque était le suivant : utiliser une résine synthétique et de la lumière UV pour la solidifier couche après couche afin de donner des formes précises. Si les technologies ont évolué, le mécanisme est resté similaire : la superposition de fines couches de matériau.

Deux domaines d’applications coexistent. Le premier concerne les prothèses et orthèses et le deuxième les cellules souches. Ce domaine se nomme le bio printing où un grand nombre de projets sont en phase de recherche et développement en raison de certaines questions éthiques.

Focus sur le bio printing

Cette branche de l’impression tridimensionnelle consiste à fabriquer des tissus biologiques, voire des organes. Il s’agit d’un espoir pour la médecine régénérative et pour le test de médicaments notamment afin d’évaluer la toxicité des traitements médicaux sur les reins avant même des tests sur l’homme. Le bio printing nécessite le développement d’imprimantes spécifiques. À ce jour trois technologies de bio impression coexistent : le jet d’encre, le transfert assisté par laser et la micro-extrusion.

 

3d printer

L’impression 3D, porteuse d’une troisième révolution industrielle ?

Vers de nouveaux usages ?

Les applications les plus développées de l’impression 3D concernent la fabrication de dispositifs médicaux ou de prothèses sur-mesure conçues en fonction des caractéristiques anatomiques des patients obtenues par imagerie médicale.

La première implantation d’une prothèse réalisée en 3D a eu lieu en 2011 : une équipe de chercheurs belges et néerlandais est parvenue à reconstruire la mâchoire d’une patiente.

Depuis, d’autres applications ont vu le jour ces dernières années. Les exemples d’interventions réussies sont nombreux : greffe d’un crâne fabriqué en 3D, implantation d’un rein fonctionnel et même opération sur la colonne vertébrale avec la pose d’une cage d’ostéosynthèse intersomatique lombaire.

Une technique porteuse d’innovation

Les opportunités offertes par l’impression 3D ouvrent un vaste champ de possibilités dans le domaine de la santé et pourraient bien transformer les techniques médicales actuelles. L’appropriation de ces technologies par la recherche est possiblement l’une des meilleures voies d’amélioration de l’efficacité thérapeutique.

Claire, rédactrice santé

Sources :

Articles similaires