Alimentation

Le sucre, ennemi d’une alimentation équilibrée ?

Consommés de temps en temps et en quantité raisonnable, les produits sucrés sont compatibles avec un bon état nutritionnel. Pour autant, il n’existe aujourd’hui pas de repères officiels quant à la quantité à ne pas dépasser au cours d’une journée.

Une recommandation de l’OMS

Dans une étude publiée à la mi-janvier, l’OMS a souligné que les maladies non transmissibles comme le diabète, le cancer ou les maladies cardiaques sont à l’origine de 16 millions de décès prématurés chaque année dans le monde. Abus d’alcool, tabac ou alimentation trop grasse ou riche en sucre : une mauvaise hygiène de vie est souvent à l’origine de ces pathologies.

Pour agir en faveur de la prévention, l’Organisation mondiale de la Santé a lancé le 5 mars dernier une consultation publique concernant son projet de lignes directrices sur les apports en sucre. Au cours de la dernière consultation en 2002, plus de 170 commentaires d’experts ont été analysés.

L’objectif de cette action est de fournir des recommandations concernant les limites à imposer à la consommation de sucres pour faire régresser des problèmes de santé comme l’obésité et les caries dentaires.

Selon l’OMS, les sucres doivent représenter moins de 10 % de l’apport énergétique total quotidien. « Une réduction à moins de 5 %, soit environ 25 grammes par jour ou six cuillères à café, procurerait des avantages supplémentaires pour la santé », a expliqué le Dr Francesco Branca, directeur du département de la nutrition pour la santé et le développement à l’OMS. Cet objectif implique de ne consommer aucune boisson sucrée ni aucun gâteau ou biscuit au cours de la journée.

Sucre alimentation

Quels sucres limiter ?

Les limites proposées par l’OMS au sujet des apports en sucres s’appliquent aux monosaccharides (tels que le glucose et le fructose) et aux disaccharides (tels que le sucrose ou sucre de table) qui sont ajoutés aux aliments par le fabricant, le cuisinier ou le consommateur, ainsi qu’aux sucres naturellement présents dans le miel, les sirops, les jus de fruit et les concentrés de fruits.

Sucres « cachés »

En dehors des sucreries, les sucres consommés aujourd’hui sont en grande partie consommés dans les aliments transformés. C’est le cas pour le ketchup qui contient 4 grammes de sucre pour une cuillère à soupe. Le Dr Branca a indiqué qu’aux États-Unis, 80 % des aliments vendus en supermarché contiendraient des sucres cachés.

Quid des substituts aux sucres ?

Alternative au sucre classique, les sucres artificiels sont souvent soupçonnés d’être à l’origine de problèmes de santé. Pour autant, les études scientifiques manquent de recul pour attester de leurs effets à moyen et long terme sur le métabolisme humain.

Sources :

 

Articles similaires