Actualités

Maladies parasitaires : une menace mondiale

Les pathologies parasitaires sont transmises par de petits organismes porteurs de maladies graves. Moustiques, phlébotomes et tiques sont les vecteurs les plus courants. Une seule piqûre peut suffire pour contracter une maladie parasitaire.

Les maladies parasitaires ont été le thème retenu pour la Journée mondiale de la Santé le 7 avril 2014. L’OMS estime que ces pathologies tuent chaque année un million de personnes. Elles affectent principalement les pays en voie de développement.

Les principales pathologies parasitaires

 Dengue

La dengue est une infection virale. Ses symptômes se manifestent au bout de 3 à 14 jours (en moyenne 4 à 7 jours) après la piqûre infectante. On observe alors un syndrome grippal touchant les nourrissons, les jeunes enfants et les adultes. Il n’existe aucun traitement spécifique. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, 40 % de la population mondiale est exposée au risque de transmission de la dengue.

Paludisme

Également appelé malaria, le paludisme est l’une des maladies parasitaires les plus répandues dans le monde. L’infection est causée par un parasite transmis lors de la piqûre de certaines espèces de moustiques. Selon l’OMS, 250 millions de personnes sont infectées chaque année et environ un million d’entre elles meurent, majoritairement des enfants en bas âge et des femmes enceintes

Leishmaniose

La leishmaniose touche les populations les plus pauvres du monde. Cette maladie est associée à la malnutrition, aux déplacements de population, aux mauvaises conditions de logement, aux systèmes immunitaires fragilisés et au manque de ressources. Elle est liée à des évolutions environnementales telles que la déforestation, la construction de barrages, les systèmes d’irrigation et l’urbanisation. Selon les estimations, il y aurait chaque année 1,3 million de nouveaux cas et entre 20 000 et 30 000 décès.

Maladie parasitaire

Comment se protéger ?

Pour se protéger des maladies parasitaires, des mesures simples existent. Le port de vêtements longs et l’utilisation de produits répulsifs conjugués à la pose de moustiquaires diminuent le risque de piqûre. L’élimination de l’eau stagnante dans les endroits où les moustiques se reproduisent est également préconisée. De plus, des vaccins existent pour certaines maladies parasitaires comme la fièvre jaune ou l’encéphalite japonaise

Initiative européenne

Un consortium international baptisé A-PARADDISE (Anti-Parasitic Drug Discovery in Epigenetics), coordonné par l’INSERM, a obtenu en 2014 un financement de 6 millions d’euros de la Commission européenne pour tester à grande échelle des traitements innovants contre quatre maladies parasitaires négligées : la bilharziose, la leishmaniose, la maladie de Chagas et le paludisme. L’objectif de ce projet de développer de nouveaux traitements contre les parasites responsables de ces maladies.

Sources :

Articles similaires