Quotidien

Esprit de Noël : le rôle du cerveau

Téléfilms, chocolats, illuminations… Les fêtes approchent et on entend de plus en plus parler de l’esprit de Noël.

À cette époque de l’année, la population se divise en deux catégories distinctes : ceux qui cultivent l’esprit de Noël et ceux qui semblent l’ignorer. Pourquoi une telle différence ? L’esprit de Noël existe-t-il vraiment ? Une équipe de chercheurs danois apporte des éléments de réponse.

L’étude est parue dans l’édition de Noël du très sérieux BMJ.

Esprit de Noël

Qu’est-ce que l’esprit de Noël ?

Avant toute chose, les auteurs donnent une définition de ce qu’est le fameux “esprit de Noël”. Il s’agit d’un sentiment de joie et de nostalgie associé aux cadeaux et aux plats de Noël. Les chercheurs sont partis à sa recherche dans le cerveau humain en comparant deux groupes. Le premier était composé de 10 personnes qui célébraient Noël depuis leur enfance et 10 autres qui n’avaient aucune tradition liée à cette fête.

Voyage au coeur du cerveau

L’équipe a ensuite utilisé l’IRM pour mesurer des changements d’oxygénation dans le cerveau en réponse à une activité cérébrale et visualiser les zones qui s’activent après un stimulus.
Pour réaliser ce test, 84 images ont été diffusées aux participants : des séries de 6 relatives à Noël puis 6 images neutres de la vie quotidienne et ainsi de suite. Chaque image était montrée 2 secondes.

Des zones précises qui s’activent

Les résultats des scanners des participants ont été comparés. Cinq aires du cerveau s’activent chez les personnes du premier groupe lorsqu’elles étaient face à des images évoquant Noël. Parmi ces zones, certaines jouent des rôles dans la reconnaissance des émotions faciales et dans la spiritualité.
La conclusion est donc la suivante : il existerait un “réseau de l’esprit de Noël” dans le cerveau humain. Un résultat qui doit être interprété avec prudence au vu de la complexité d’un tel sentiment.
Les recherches devraient s’étendre à d’autres fêtes traditionnelles et dans différentes cultures pour mieux comprendre le rôle plus global du cerveau à ces périodes festives.

Articles similaires