Actualités

Zika : point sur l’inquiétant virus

L’inquiétude face à la propagation de Zika est grandissante. Le point sur cette maladie parasitaire qui menace le continent américain.

Du Brésil à l’ensemble du continent américain

Tout comme la dengue ou le paludisme, Zika est transmis par des moustiques. De précédentes épidémies, en Micronésie en 2007 et en Polynésie française à l’hiver 2013, ont déjà été constatées.

En mai 2015, Zika a commencé à sévir au Brésil. Depuis, le virus s’est propagé dans des pays d’Amérique centrale. Une diffusion extrêmement rapide selon l’Institut national de veille sanitaire.

La transmission interhumaine reste très anecdotique avec de rares cas par voie sexuelle. Le moustique reste le principal vecteur de Zika. Le virus a déjà touché 1,5 million de personnes au Brésil. Les prévisions ne sont pas optimistes puisqu’en 2016 3 à 4 millions de cas sont attendus sur le continent américain. De rares cas ont été identifiés en Europe dont 5 en France métropolitaine.

Quels symptômes ?

L’infection est quasiment asymptomatique dans les ¾ des cas. Quand ils existent, les symptômes sont similaires à ceux de la grippe. Ils apparaissent 3 à 12 jours après la piqûre sous forme d’éruption cutanée à laquelle peuvent s’ajouter fatigue, maux de tête et courbatures. Les manifestations s’arrêtent en général en 2 à 7 jours, les premières recherches indiquent que Zika ne peut a priori pas être contracté deux. En revanche, ses conséquences chez l’homme restent méconnues. Le virus est soupçonné de causer des troubles neurologiques et des malformations congénitales.

Quels risques ? 

L’un des principaux sujets de préoccupation concerne les risques pour les femmes enceintes. Même si les preuves scientifiques ne sont pas encore formellement amenées, il est très probable que l’infection du virus Zika pendant la grossesse entraîne de graves anomalies du développement cérébral pouvant conduire à la microcéphalie, une malformation rare et au décès prématuré.

Zika

Le ministère de la Santé français déconseille aux femmes enceintes de se rendre dans les zones touchées par le virus Zika.

Urgence de santé publique 

Plusieurs semaines après le début de la crise, l’Organisation mondiale de la Santé a décrété que l’épidémie constitue une urgence de santé publique de portée mondiale. L’organisme a annoncé une série de mesures pour lutter contre cette nouvelle menace : éliminer les gîtes potentiels de moustiques, privilégier les vêtements longs et clairs et utiliser des répulsifs et des moustiquaires.

Les recherches s’intensifient pour mettre au point des traitements, un vaccin et de nouveaux tests de diagnostic de cette infection. Pour l’heure, aucune mesure de restriction des voyages et des échanges commerciaux n’est en revanche envisagée.

Articles similaires