Alimentation

Allergies alimentaires : une étude bouleverse les idées reçues

Quand manger devient un casse-tête

Plus de 70 aliments sont à l’origine d’allergies alimentaires : cacahuète, soja, lait ou encore noix sont les coupables les plus fréquents… Une allergie alimentaire peut altérer la qualité de vie. Cette hypersensibilité de l’organisme à des substances généralement inoffensives et présentes dans l’environnement peut se déclarer à n’importe quel âge. 

Au contact des allergènes le système immunitaire réagit par une réponse inadaptée : asthme, rhinite, conjonctivite, gonflement localisé ou même crise généralisée.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, la prévalence des allergies alimentaires est d’à peu près 1 à 3 % chez l’adulte et de 4 à 6 % chez l’enfant.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, la prévalence des allergies alimentaires est d’à peu près 1 à 3 % chez l’adulte et de 4 à 6 % chez l’enfant.

La fin d’un mythe ?

Des scientifiques britanniques se sont penchés sur le cas de la cacahuète, particulièrement allergène. Les chercheurs ont suivi jusqu’à leur 5 ans un groupe de 640 nourrissons âgés de 4 à 11 mois et considérés comme à risque d’allergie aux cacahuètes.

Les bébés ont ensuite été divisés en deux groupes. La moitié a suivi un régime alimentaire contenant au minimum 6 grammes de chips aux cacahuètes par semaine. Les autres ont évité d’en consommer.

À l’âge de 5 ans, seul 1,9 % des enfants du premier groupe étaient devenus allergiques à la cacahuète contre 13,7 % du groupe test. L’introduction très tôt d’aliments allergènes permettait donc de réduire les risques de 86,1 % en modulant leur réponse immunitaire.

Cette étude va à l’encontre des pratiques recommandées à l’heure actuelle. En France, il est conseillé d’éviter l’arachide jusqu’à un an. Affaire à suivre jusqu’à la publication de la mise à jour des lignes directrice de prévention aux allergies alimentaires.

Articles similaires