Actualités

Greffe du pénis : 3e opération mondiale

15 heures d’opération

Une greffe de pénis a été réalisée aux États-Unis début mai sur un homme de 64 ans. C’est au Massachusetts General Hospital de Boston que Thomas Manning, employé dans une banque, a subi l’intervention de 15 heures visant à remplacer son pénis suite à une amputation à cause d’une forme rare de cancer survenue en 2012. Le pénis transplanté provient d’un sujet décédé dont le groupe sanguin était compatible.

Cette transplantation est délicate d’un point de vue technique, il s’agit de microchirurgie avec un risque de rejet élevé. « Le patient continue à bien se remettre avec une circulation normale du sang dans l’organe du donneur et aucun signe de saignement, de rejet du pénis implanté ou d’infection » a précisé l’équipe de l’hôpital. Celle-ci s’est entraînée pendant 3 ans pour peaufiner la technique et l’appliquer au plus grand nombre, notamment les soldats blessés au combat.

Des succès mitigés

Greffe pénis

C’est la 3e fois qu’une opération de ce type est réalisée.

Les deux premiers cas ont eu lieu en Chine, où l’opération a été considérée comme un échec puisque le patient a demandé l’ablation de sa greffe pour des raisons psychologiques, et en Afrique du Sud où le sujet est devenu père. Ce type d’opération n’a encore jamais été réalisé en France. Les débats sur l’aspect éthique lié à la balance bénéfices-risques sont encore vifs au sein de la communauté scientifique.

Articles similaires