Actualités

Crise : quand l’économie tue

Les changements économiques influent sur les pathologies. Un article publié dans la revue scientifique The Lancet révèle que la crise actuelle est dangereuse pour la santé, voire mortelle.

Coupes budgétaires

La crise financière a débuté en 2008. Les chercheurs y associent 260 000 cancers mortels supplémentaires dans les pays de l’OCDE et 500 000 décès dans le monde. Les facteurs explicatifs sont les suivants : l’augmentation du chômage et de ses conséquences sanitaires associée à des coupes budgétaires dans le secteur de la santé dans les pays ayant mis en place un plan de rigueur.

«Dans les pays où il n’existe pas de couverture sociale générale, l’accès aux soins dépend souvent du contrat de travail. Sans emploi, les patients sont probablement diagnostiqués tardivement et bénéficient d’un mauvais traitement ou avec retard», explique Rifat Atun, professeur à Harvard et auteur de l’étude. Dans les pays qui disposent de la couverture médicale universelle, comme la France, l’association est moins évidente.

Le chômage tue

Selon l’INSERM, 14 000 décès par an en France seraient imputables au chômage en raison des facteurs de risques psychologiques (stress, dépression) et de la multiplication des comportements à risque (moindre qualité de l’alimentation, alcoolisme, tabagisme.).

Crise économique décès

Articles similaires